Retour au numéro
Vue 63 fois
septembre 2021

[La Revue des Mines #513] QUELLE PLACE POUR LES INGÉNIEURS DANS LE LUXE ?

Itinéraire d'une Mineuse spécialiste de la gestion de projet dans une Maison de luxe, où l'on découvre que la diversité des compétences et des technologies sollicitées par le travail chez Hennessy rend les projets aussi passionnants que chez EDF. Histoire d’une quête de l’excellence opérationnelle.


La première fois que je suis venue chez Hennessy à Cognac, je n’imaginais pas la dimension industrielle des sites de production ni la complexité du processus de fabrication du cognac. J’ai découvert un univers passionnant marqué par certaines dualités :

• La cohabitation entre l’artisanat du travail de la vigne et du bois et des installations très industrialisées et automatisées.
• La transmission de génération en génération depuis plus de deux siècles du savoir-faire du comité de dégustation chargé de sélectionner les eaux-de-vie composant les cognacs, et en parallèle la volonté de l’entreprise de toujours innover dans les outils de production.
• Le temps long de la culture de la vigne et du vieillissement des eaux-de-vie (plusieurs décennies pour certaines) et le temps court des lignes de production capables de monter à des cadences de 24 000 bouteilles à l’heure

DU CÉPAGE À LA BOUTEILLE

L’élaboration du cognac est un processus long et complexe dont les étapes principales sont les suivantes :

  • Viticulture et vinification (obtention du vin après fermentation alcoolique des jus) selon les règles définies par l’AOP Cognac.
  • Double distillation permettant d’obtenir un alcool incolore à 70° appelé eau-de-vie.
  • Vieillissement des eaux-de-vie en fûts de chêne français pendant au minimum deux ans, dans des chais aux conditions de température et de lumière strictement contrôlées.
  • Assemblage : les eaux-de-vie évoluent de manières dis-tinctes après vieillissement en fonction de leur âge, de leur domaine de provenance et des fûts dans lesquels elles sont conservées. Toute la complexité du processus consiste à les assembler afin de reconstituer les mêmes qualités de cognacs au fil du temps. Ce travail repose sur l’expertise du comité de dégustation qui définit les assemblages à reproduire à grande échelle sur les sites de production.
  • Mise en bouteille et expédition des produits finis.

CONCILIER CONTRAINTES RÉGLEMENTAIRES ET EXIGENCES DU PREMIUM

L’activité est marquée par des contraintes fortes qui lui sont propres : l’appartenance à un groupe de luxe implique une quête permanente de l’excellence et du meilleur niveau de qualité, ainsi qu’une attention particulière portée à l’esthétique du produit. Le stockage de gros volumes d’alcool impose d’être conforme à la réglementation des Installations Classées Pour l’Environnement. La sécurité alimentaire est une exigence incontournable et tous les matériaux en contact avec les eaux-de-vie et le cognac doivent faire l’objet d’une qualification par le Bureau National Interprofessionnel du Cognac. Celui-ci fait notamment réaliser des tests de migration de composants par un laboratoire spécialisé dans les analyses agroalimentaires.

Par ailleurs, l’entreprise est engagée depuis plus de 20 ans dans une démarche de développement durable qui s’applique à l’ensemble de la chaîne de production : gestion des déchets, maîtrise de la consommation d’énergie et d’eau sur tous les sites, suppression des intrants chimiques pour la viticulture, développement de l’agroforesterie et régénération des forêts, emballages éco-conçus, développement de moyens de transport durables pour les produits finis ou le personnel.

 

Par exemple, pour limiter l’empreinte écologique du transport des produits (dont plus de 90 % sont effectués par voie maritime), Hennessy collabore avec l’armateur nantais NEOLINE pour développer un cargo voilier doté de 4 200 m² de voiles. Ce nouveau mode de transport prévu pour 2023 permettra d’expédier sur une année 4 millions de nos bouteilles entre la France et les États-Unis et de réduire de 90 % les consommations de carburant et les émissions de CO2 sur cette ligne transatlantique. Ces initiatives illustrent la volonté de l’entreprise d’associer la préservation de la terre et du climat à toutes ses décisions, telle que décrite dans la raison d’être dont elle s’est dotée début 2021.

UN BUREAU D’ÉTUDES INTERNE

La conduite de projet est passionnante par la diversité des compétences et des technologies sollicitées. Pour mener à bien ses projets d’investissement, l’entreprise s’appuie sur un bureau d’études interne dont je fais partie en tant que chef de projet. Notre périmètre concerne l’ensemble des travaux de rénovation et de construction neuve sur la douzaine de sites que possède l’entreprise. Ces projets démarrent systématiquement par une phase de cadrage en collaboration avec les clients internes afin de définir précisément les attendus en termes de besoin et de planning de réalisation. Il peut s’agir de la mise en place d’outillages pour améliorer l’ergonomie et la sécurité des postes de travail, par exemple un moyen de levage pour faciliter la manutention. Il peut également s’agir d’un remplacement de machine sur une ligne d’embouteillage ou de la réalisation complète d’une nouvelle installation de production. Le budget associé à ces projets peut varier de quelques milliers à plusieurs millions d’euros.
Nous travaillons ensuite en partenariat avec des bureaux d’études spécialisés et des sociétés d’ingénierie afin d’identifier les solutions technologiques les plus adaptées au besoin défini. Les domaines d’activités concernés sont multiples :

• Process “fluide” : systèmes de tuyauteries, cuveries, pompes, vannes ;
• Process “machine” : lignes de mise en bouteille, installations automatisées de convoyage munies de bras robotisés pour la manipulation des fûts, magasins de stockage grande hauteur équipés de transstockeurs ;
• Bâtiment, électricité, contrôle-commande, etc.

C’est également lors de la phase de conception que nous procédons avec le service des achats à la sélection des entreprises qui interviendront en phase d’exécution des travaux. Nous valorisons notamment les partenaires locaux et leur engagement dans les problématiques de développement durable. Les interventions doivent être planifiées de façon à minimiser l’indisponibilité des outils de production car les sites fonctionnent en 2x8 toute l’année. Après la phase de construction intervient une phase de clôture pendant laquelle nous réceptionnons les travaux en présence des entreprises et des différents représentants du maître d’ouvrage.
Mon rôle consiste à assurer tout au long des phases du projet une bonne communication entre le client interne, les services support (achats, QSE, juridique, maintenance), la maîtrise d’œuvre et les entreprises extérieures impliquées. Je suis également garante du bon suivi des coûts, délais et choix techniques au cours du projet car il y a souvent de multiples itérations avec nos interlocuteurs métiers pour aboutir à la solution définitive. Cela nécessite d’appréhender des sujets touchant à plusieurs domaines techniques, de développer une aptitude à écouter et communiquer à plusieurs niveaux dans l’organisation, et de savoir orienter les décisions pour aboutir au meilleur compromis.

 

© Jas Hennessy & Co - G. de la Chapelle

© Jas Hennessy & Co - JP Caulliez  / © Jas Hennessy & Co - Visu’Ailes

© Jas Hennessy & Co - J. Pinet

 

HENNESSY ET EDF, UNE MÊME MOBILISATION DE NOS TALENTS D’INGÉNIEURS

Les profils d’ingénieurs sont précieux pour l’entreprise car ils permettent de l’accompagner dans sa quête d’excellence opérationnelle qui constitue l’un de ses piliers fondamentaux. Le défi consiste à trouver un juste milieu entre des solutions technologiques et innovantes, la préservation d’un savoir-faire très ancré dans le terroir et le territoire, la recherche de la meilleure qualité possible des produits et un développement durable et respectueux de l’environnement.
La mission est ambitieuse mais nous avons la chance d’être entourés d’équipes passionnées par leur travail et désireuses de partager leurs problématiques du quotidien pour améliorer les outils de production. C’est pour moi l’opportunité de mettre en application des compétences acquises grâce à mes précédents postes, notamment chez EDF. Il existe finalement plusieurs points communs entre les deux industries : le contexte réglementaire très fort – sécurité et sûreté nucléaire dans un cas, sécurité alimentaire et stockage d’alcool dans l’autre, les exigences très élevées de qualité, fiabilité, maintenabilité, et la gestion de projets relativement similaires. Cependant, l’une des particularités nouvelles que j’ai découvertes chez Hennessy est de devoir conjuguer toutes ces compétences autour d’une base artisanale et d’un produit “vivant”. Il faut savoir intégrer à notre démarche de gestion de projets classique le talent organoleptique de nos experts qui s’appuient sur des connaissances approfondies par de nombreuses années de formation et sur un travail extrêmement minutieux de sélection et de caractérisation des eaux-de-vie. Cette expertise constitue une vraie richesse et l’une des clés pour obtenir des produits de qualité exceptionnelle.

CONCLUSION

Ma formation d’ingénieur généraliste des Mines m’a donné une solide base de connaissances scientifiques et technologiques qui m’a permis de conduire des projets dans des secteurs d’activité très variés. J’ai découvert chez Hennessy des valeurs qui me correspondent, telles que la recherche continue de la meilleure qualité des produits, l’incitation à repousser sans cesse nos limites et à embarquer tous nos partenaires dans cette dynamique, la volonté de se développer durablement et l’engagement très fort dans les problématiques environnementales. Travailler dans ce contexte est enrichissant professionnellement et personnellement, et donne du sens à mon rôle d’ingénieur. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

KARINE LECERF (E04), Process Engineering & Facilities Project Manager, Hennessy – karine.lecerf@mines-saint-etienne.org 

Karine Lecerf travaille depuis plus de 10 ans dans la gestion de projet notamment dans le secteur de l’énergie, d’abord en Espagne puis en France chez EDF. Elle séjourne ensuite quelques années en Chine où elle intègre une société spécialisée dans le développement d’une plateforme marketing digital pour la distribution sélective et le luxe. En 2019, elle rejoint l’entreprise Hennessy dans le groupe LVMH, en tant que chef de projet au sein du bureau d’études.

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.