Actualités

Partager sur :
21 décembre 2021
Médiathèque Carrières

Intermines
L'expatriation, boosteur de compétences - enquête n°5

Vue 61 fois

Quel est impact de l’expatriation sur le développement des compétences ?

Cette 5 ème enquête du baromètre de l’expatriation met en avant le rôle de la mobilité dans l’accès au développement des compétences professionnelles et personnelles.  

D’un point de vue personnel, le bilan s’avère largement positif pour les expatriés  : conjoints comme collaborateurs.  Les deux compétences majeures à posséder pour réussir son expatriation sont l’adaptation et l’ouverture d’esprit. Ce consensus est flagrant à la vue des résultats obtenus puisque ces deux mots clés sont cités comme des compétences indispensables pour 78%.

L’adaptation ou adaptabilité sont indispensables 

Il s’agit aussi bien de savoir s’adapter à un nouvel environnement, une nouvelle culture, qu’à des nouvelles méthodes de travail ou d’organisation.  

L’ouverture d’esprit est perçue comme une condition « sine qua non ». Il semble impossible de s’expatrier et en tirer des bénéfices sans avoir un esprit ouvert. Partir avec des « yeux d’enfants » pour ne pas juger mais apprendre et découvrir.  

D’un point de vue professionnel, le bilan est plus contrasté  

L’expatriation est un atout sur le marché de l’emploi pour 47% des expatriés sondés. Cette expertise acquise sur le terrain est-elle également reconnue comme telle par les RH ? Ce n’est pas ce que pensent 29% des expatriés. Pour eux, ce passage en expatriation serait plutôt un frein pour intégrer ou revenir sur le marché de l’emploi après cette expérience. 

Quels moyens pour développer ces compétences ?

Les supports en sont variés et dans cette enquête, il apparaît que la formation sur le terrain est fortement privilégiée. Elle s’appuie cependant sur des bases acquises avant et pendant l’expatriation.  

L’accès à des formations plus formelles est facilité par le on-line mais certains obstacles subsistent : le coût, la non-reconnaissance des éventuels diplômes et la non prise en charge dans le cadre des formations internes pour les expatriés d’entreprises.  

Le développement des compétences techniques n’est pas aisé pour tous. Nombreux sont ceux qui considèrent être envoyés en qualité d’experts, donc en apporteurs de la connaissance. Ils ne développent pas cette dernière durant leur expatriation, ils en font profiter les équipes locales.  

Cependant, ils estiment que leur statut de spécialiste est un atout pour la poursuite de leur carrière professionnelle : ils sont reconnus comme tels sur le marché local ou lors d’un changement de pays (nouveau marché ou pays d’origine). Ils développent davantage des compétences stratégiques, managériales ou interculturelles.  

Pour les conjoints, l’expatriation n’est pas une expérience vécue favorablement quant au développement de leurs compétences professionnelles. Même s’ils acquièrent de nouvelles compétences, ces dernières ne sont pas forcément reconnues lors d’une mutation ou un retour dans leur pays d’origine.  

Il n’en reste pas moins que pour 95% des répondants, l’expatriation facilite le développement des compétences. Un score particulièrement élevé qui démontre que les expatriés apprennent énormément sur leurs compétences personnelles et sur le plan professionnel.  

Ces apprentissages font souvent suite à une préparation en amont de la mobilité. Quels sont les accompagnements spécifiques dont les expatriés ont besoin avant, pendant et au retour de leur expatriation ?




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.